Loading...

Les Chiffres clés du numérique

Les Chiffres clés du numérique 2017-11-18T15:11:37+00:00

75% des Polynésiens ont accès à l’Internet

La Polynésie française compte, en 2015, 273 000 habitants et 220 000 internautes. En 2017, 75% des ménages (80% aux Iles du Vent) ont accès à l’Internet fixe principalement par ADSL (92%), ou sans ligne téléphonique (7%). Les connexions via la fibre (FTTH) restent encore très marginales.

Il existe encore d’importantes disparités dans les niveaux d’équipement en fonction des classes sociales, des classes d’âge et de la localisation géographique, avec un retard notable dans les archipels éloignés où les infrastructures existent mais sont moins développées. L’absence de réseau et le coût de l’abonnement au regard des revenus sont d’ailleurs les principales raisons de l’absence de connexion.

94% des ménages des IDV ont un téléphone portable

Aux Iles du Vent, qui représentent 75% de la population, les ménages sont plutôt bien équipés : 94% possèdent au moins un téléphone portable (66% un smartphone), 70% un ordinateur portable et 63% une tablette.

80% des Polynésiens se connectent tous les jours

L’usage d’Internet continue de se banaliser : pour l’ensemble de la Polynésie française, 63% des ménages indiquent se connecter quotidiennement ou presque (67% aux Iles du Vent). Environ 20% des ménages disent ne jamais accéder à Internet. La connexion quotidienne atteint les 80% si l’on considère les seuls internautes polynésiens (83% aux Iles du Vent).

La prime aux réseaux sociaux : Facebook First

Les réseaux sociaux sont la principale motivation des connexions : 86% des internautes consultent un réseau social (57% le font quotidiennement), 83% consultent leurs mails (46% quotidiennement), 77% échangent par chat. 36% des internautes n’utilisent jamais la voix sur IP et seulement 22% jouent en ligne.

30% achètent régulièrement en ligne

L’e-commerce est entré dans les usages polynésiens : 30% des internautes affirment acheter très régulièrement en ligne et 66% le font de manière occasionnelle (au moins une fois par an). Le prix (51% des internautes), l’indisponibilité sur le territoire (34%) et le choix (15%) sont les principales motivations de ces achats. Hors voyage, la dépense moyenne pour un achat sur Internet serait de 71 000 F CFP, ce qui représente une dépense annuelle globale de 2,8 milliards F CFP. Les achats les plus courants concernent les vêtements (44% des achats).

Les 3 tendances de la mobilité

Considérée comme l’un des principaux leviers de la transformation numérique, la mobilité ouvre la porte à de nouvelles perspectives avec le développement des smartphones et de leurs usages professionnels et personnels. Ainsi, en 2017, 37% des internautes des Iles du Vent (75% de la population) sont des “mobinautes”. Ils utilisent, à 94%, un smartphone et se connectent quotidiennement (36%) ou presque (9%).

Ces tendances convergent vers la construction de réseaux de mobilité de plus en plus interconnectés, et plus proches de l’intérêt général

Les travaux réalisés au sein de l’Observatoire de l’économie numérique ont permis de percevoir le développement de 3 grandes tendances qui devraient affecter le marché de la mobilité polynésienne :

  • L’apparition d’un modèle de mobilité domicile-travail avec le développement d’un cadre réglementaire et des outils de télétravail ainsi qu’une meilleure approriation de l’approche par les chefs d’entreprise,
  • L’enrichissement de l’expérience touristique grâce à un flux d’information continu, contextualisé, personnalisé et relayé par les réseaux sociaux,
  • la fluidification du parcours des usagers grâce à une meilleure exploitation data mobile et couplée à des applications mobiles de billetterie multi-modes.

 

Toutes ces tendances convergent vers la construction de réseaux de mobilité de plus en plus interconnectés, et plus proches de l’intérêt général. L’extension des zones de couverture des opérateurs de télécommunications et l’utilisation de nouvelles solutions de télétransmission seront les enjeux majeurs du développement de la mobilité de la population. Le Pays devra, plus encore, faire attention à encourager les solutions les plus innovantes et à adapter ses outils réglementaires pour leur avènement sur le marché.

 

Le nécessaire virage numérique des entreprises polynésiennes

Les entreprises polynésiennes sont assez peu équipées : en 2017, 53% des entreprises sont dotées d’un ordinateur fixe, au moins (ce ratio atteint 82% pour les entreprises employant au moins un salarié) et 42% d’un ordinateur portable, au moins.  47% des entreprises polynésiennes ne sont pas informatisées.

Le travail collaboratif n’est mis en œuvre que dans 4% des cas.

Le manque d’intérêt pour l’entreprise, évoqué par 82% des responsables, démontre le manque de sensibilisation et de maturité numérique de l’appareil productif polynésien. Ce résultat doit être tempéré par l’effet de structure : 82% des entreprises sont des entreprises individuelles, peu familiarisées avec ces modes de travail. Pour ces mêmes raisons, la mise en réseau local est peu répandue (56% des entreprises) et les systèmes de sauvegarde privilégiés sont le disque dur et la clé USB.

La moitié des entreprises pas connectée

La bureautique (92%) et la comptabilité (23%) sont les principaux ensembles applicatifs utilisés dans les entreprises. Le travail collaboratif n’est mis en œuvre, grâce aux outils informatiques, que dans 4% des cas.

Seulement 50% des entreprises sont connectées à Internet et très peu au Haut Débit (95% en ADSL). 61% d’entre elles se disent satisfaites du débit et seulement 17% envisagent de passer à la fibre. Les applications majoritairement utilisées (bureautique, comptabilité) et le faible recours à Internet (voir ci-dessous), expliquent ce résultat. Seulement 62% des entreprises connectées disposent d’une adresse mail professionnelle.

Seules 5% disposent d’un site web

La téléphonie mobile est, elle aussi, peu implantée hormis pour ce qui concerne le dirigeant. Si 71% des entreprises de 20 salariés ou plus équipent leurs salariés de mobiles, ce taux ne dépasse pas les 9% en deçà de 2 salariés.

18% sont présentes sur Facebook

Les entreprises polynésiennes n’ont pas encore vraiment engagé leur virage numérique : seules 5% d’entre elles disposent d’un site web et 2,6 % d’un site de e-Commerce. Elles sont un peu plus présentes sur les réseaux sociaux : 20% des entreprises sont présentes sur, au moins, un réseau social. Facebook étant largement plébiscité (18%).

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer