Loading...

Action 53 – Développer les applications de télémédecine

Développer les applications de télémédecine, pour permettre d’effacer les distances entre les patients et les soignants, de favoriser les échanges entre professionnels et de garantir une médecine égalitaire et de qualité.

Description détaillée de la mesure

La télémédecine s’est développée en Polynésie française depuis plus de 30 ans avec des premières expériences en télé-échographie.

Depuis la fin des années 90, les expérimentations en télémedecine se sont multipliées (télé-imagerie, staff d’obstétriques, télé-cardiologie etc.) mais sans cadre de cohérence globale.

Depuis 2010 et l’établissement du Schéma Directeur Stratégique du Système d’Information de Santé, un cadre stratégique et cohérent a été mis en place. Il s’est concrétisé en 2016 dans l’axe 6 du Schéma d’Organisation Sanitaire : la Construction d’un Espace Numérique de Santé Polynésien (ENSP).

La télémédecine apparaît désormais comme une valeur ajoutée en matière de qualité et de sécurité dans l’organisation des soins, notamment lorsqu’elle favorise les soins au domicile des patients et pour le suivi des maladies chroniques (insuffisance cardiaque et rénale, diabète, hypertension, etc.).

La télémédecine peut répondre aux problématiques d’isolement géographique de certaines îles, et présente une perspective de désenclavement médical. L’amélioration de l’accès des populations des archipels aux soins est une priorité majeure. La diversité des archipels et leur étendue impose de croiser les offres pour constituer un maillage territorial complet.

La télémédecine peut améliorer l’offre des soins primaires dans les archipels.

Règlementation polynésienne de télémédecine

En 2013, une mission « télémédecine » pilotée par le Professeur Louis Lareng est venue en Polynésie française. Une de ses conclusions était que la pleine efficience de la télémédecine en Polynésie française suppose une prise en compte réglementaire et une inscription dans la planification de la politique de santé.

En tenant compte de cette conclusion, le Schéma d’Organisation Sanitaire (SOS, 2016-2021), adopté par l’Assemblée de la Polynésie française le 16 février 2016, a identifié 6 orientations structurelles parmi lesquelles un objectif de « mise en place d’une télémédecine au service des soins primaires dans les archipels (orientation 6.3) et le sous-objectif suivant : adopter une règlementation polynésienne de télémédecine (action 6.3.2) ».

Ainsi, mettre en place une télémédecine, au service des soins primaires dans les archipels, est une condition de réussite de l’amélioration des soins et un moyen efficace de maillage de l’ensemble du territoire.

L’usage de la télémédecine nécessite de définir une organisation permettant de coordonner l’intervention de tous les acteurs et en particulier de leur donner accès aux données médicales du patient.

Il est prévu dans l’ENSP la mise en place d’une plateforme de télémédecine qui sera couplée au futur partage des données du patient et sera accessible à l’ensemble des professionnels de santé (médecins généralistes et spécialistes, infirmières, etc)

La traçabilité des échanges doit être un point fort de l’organisation.

L’encadrement juridique ne date que du 24 août 2017 avec l’adoption de la loi du pays relative à la télémédecine. L’arrêté d’application précise la définition des actes, les conditions de mise en œuvre, d’organisation et de prise en charge.

La rareté des ressources médicales et leur distribution géographique non-uniforme en Polynésie française rendent la Télésanté plus que jamais nécessaire.

En effaçant les distances entre les patients et les soignants, en favorisant les échanges entre professionnels, en rationalisant les moyens, la télémédecine représente une manière novatrice et efficiente de concilier des impératifs économiques de plus en plus prégnants, la difficile gestion de la pénurie médicale et la nécessité de garantir une médecine égalitaire et de qualité.

La volonté politique forte de désenclavement des archipels doit faciliter le développement et la généralisation de la Télésanté en Polynésie française.

Enjeux

  • Garantir un niveau de soin minimum aux populations des îles peu dotées en structure et personnel de santé
  • Limiter et diminuer le nombre d’evasan
  • Meilleure prise en charge de la santé des patients des îles avec une amélioration qualitative des soins à distance

Acteurs concernés

  • Demande : Les praticiens de Polynésie française : infirmiers, médecins généralistes, secouristes, etc.
  • Offre : Ministère de la Santé (MSS), Direction de la santé publique (DSP), le centre hospitalier de Polynésie française, la CPS, le SIPF, les cliniques privées

Financement

  • Polynésie française
  • État
  • Assises de l’Outre Mer
  • CDC

Modalités de suivi

  • Comité stratégique

Points d’attention et risques

Les règles de santé et de sécurité devront être respectées dans la pratique de la télémédecine.

La relation entre le praticien et ses patients se trouve modifiée.

Budget pluriannuel (2018-2022)

Années 2018 2019 2020 2021 2022
Budget estimé en MFCFP 80 80 60 50 50
Justification du Budget
2017-12-01T18:33:51+00:0018 novembre 2017|

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer