Loading...

Action 42 – SIG, outil de marketing

L’information géographique est la clé des nouveaux services d’e-Administration. Des services en ligne s’appuient déjà sur la cartographie. Aujourd’hui, au-delà de ces premiers projets, le service informatique de la Polynésie française doit faire face à de nouveaux enjeux stratégiques liés à la maîtrise de la donnée géographique et à son intégration dans le système d’information.

Description détaillée de la mesure

L’information géographique est la clé des nouveaux services d’e-Administration. Des services en ligne s’appuient déjà sur la cartographies. Aujourd’hui, au-delà de ces premiers projets, le service informatique de la Polynésie française doit faire face à de nouveaux enjeux stratégiques liés à la maîtrise de la donnée géographique (Qui la produit ? Qui la valorise ? Qui la diffuse ?) et à son intégration dans le système d’information. En effet, dans les prochaines années, les usages de l’information géographique vont se multiplier et se complexifier avec une forte demande de cartes interactives et conviviales sur des terminaux mobiles.

Les actions suivantes vont conduire à mettre en place une infrastructure de données spatiales cohérentes et en accord avec les besoins et les objectifs du Pays.

Gouvernance du système d’information

Le Comité de l’Information Géographique (CIG), créé en 2009 et modifié en 2017 après plusieurs années de sommeil doit devenir un élément central de la politique publique dans le domaine de l’information géographique. Cette gouvernance pourra mettre en exergue des fonctions attendues des services traitant le SIG dans ce processus (quelle structure, quel rattachement, quelles compétences ?) : notamment l’accentuation de l’orientation client dans l’organisation du SI, la consolidation de la fonction de veille et d’expertise en matière d’évolution technologique des SIG, la mise en place d’un véritable système de pilotage de la performance des processus SIG (production des données, disponibilité, exploitation du SI, etc.).

Le CIG doit se réunir régulièrement en fixant des objectifs et des indicateurs pour mesurer l’avancement des travaux.

Les référentiels géographiques

Les référentiels géographiques sont constitués des données géographiques fondamentales (appelées « couches »). Les référentiels géographiques courants sont la cartographie, le cadastre, les PGA, les PPR, l’occupation du sol, les images, le relief, le système de coordonnées.

Une couche de données géographiques doit avoir certaines qualités pour être qualifiée de référentiel :

  • Couvrir toute la surface du territoire avec une précision homogène (échelle de référence)
  • Être mise à jour régulièrement pour constituer des séries temporelles
  • Avoir une structure stable pour réaliser des comparaisons dans l’espace et le temps.

Des mesures doivent être prises pour garantir les moyens de constitution et de mise à jour des référentiels par les services du Pays.

Diffusion ouverte des données géographiques

La diffusion des données géographiques (Open data) doit être la plus large possible pour favoriser le développement d’activités et dynamiser l’économie locale.

Le coût de production ne peut pas être couvert en facturant la diffusion des données, même dans des grands pays. Depuis quelques années, la démarche de données ouvertes (open data) devient la règle.

La diffusion ouverte des données ne doit pas se faire sans cadre pour autant. Il est nécessaire de donner un contexte juridique pour définir les droits des parties à travers une licence.

Les données diffusées doivent aussi être décrites clairement, avec une fiche d’identité, qu’on appelle métadonnées, pour expliquer le contenu, la mission du producteur, la couverture géographique, la fréquence de mise à jour, etc.

Favoriser le recrutement de spécialistes

La collecte, la production, l’analyse et la diffusion des données géographiques doit se faire par des spécialistes.

Les SIG ne sont pas de simples outils cartographiques mais une collection de systèmes d’informations à part entière avec ces spécificités. Il est important de prendre en considération toutes les dimensions que cela implique, notamment les ressources techniques nécessaires.

Il y n’a pas actuellement suffisamment de techniciens et d’ingénieurs dans l’administration spécialisés dans ce domaine : les producteurs des référentiels cartographiques sont eux-mêmes en manque d’effectif. Il n’y a pas non plus de ressources spécialisées dans l’analyse alors que ce domaine apporte une plus-value importante utile pour la compréhension du territoire et aide à la prise de décision. Le secteur privé ne propose non plus suffisamment de compétences dans le domaine des SIG.

Enjeux

Les objectifs assignés aux SIG sont multiples :

  • Améliorer l’efficacité opérationnelle des services gestionnaires de données ou producteurs de cartes
  • Décloisonner les services pour mieux partager et échanger leur connaissance du territoire
  • Mieux connaître leur territoire et disposer d’une connaissance moins fragmentaire, plus globale et plus cohérente
  • Partager cette connaissance du territoire avec d’autres organisations (publiques ou privées)
  • Prendre de meilleures décisions sur le territoire
  • Favoriser la mutualisation des moyens et de la connaissance du territoire
  • Apporter un meilleur service ou de nouveaux services aux citoyens.

Cette liste n’est pas limitative, mais montre que les enjeux vont donc très au-delà du simple déploiement de nouveaux outils de travail pour les collaborateurs des collectivités et administrations territoriales et qu’ils comportent une dimension non seulement organisationnelle, mais aussi territoriale.

Acteurs concernés

  • Demande : Entreprises, population
  • Offre : Tous services producteurs de données géolocalisées

Financement

  • Polynésie française

Modalités de suivi

  • Compte-rendu CIG

Points d’attention et risques

Les principaux facteurs de risque susceptibles de mettre en difficulté la démarche SIG sont les suivants :

  • Un intérêt pour les SIG très variable d’un service à l’autre, certains étant focalisés sur la production de cartes, sans souci de la gestion de données, d’autres se positionnant comme consommateurs alors qu’ils sont potentiellement producteurs de données, d’autres privilégiant d’autres outils graphiques leur donnant une plus grande autonomie (outils de dessin notamment), d’autres enfin n’y voyant, à tort ou à raison, aucun intérêt
  • Une vraie difficulté à dépasser les usages individuels pour considérer le SIG dans ses dimensions « système d’information » et « outil de diagnostic territorial », incluant les préoccupations de partage et d’échange de données
  • Des données de qualité très diverse, souvent non géoréférencées, et un manque d’organisation et des processus de gestion de données liés à cette approche opportuniste de l’usage du SIG
  • Parfois, l’absence de données informatisées sur les domaines concernés par le SIG
  • La méconnaissance des données utilisées dans les autres services et de leurs problématiques métiers, qui se traduit par un désintérêt à s’échanger des données (« Nos données n’intéressent pas les autres services. »)
  • Les problèmes de planning ou de financement des projets.

 

On peut aussi évoquer quelques conditions de réussite des projets de SIG :

  • Considérer le SIG comme un projet organisationnel et non pas comme un projet technique
  • Centrer le projet de SIG sur des applications simples produisant des informations fondamentales pour le travail des utilisateurs
  • Prendre en considération les limites de l’organisation en termes de ressources disponibles (ressources humaines et financières)
  • Faire piloter la mise en œuvre du SIG par les utilisateurs avec participation et engagement de tous les acteurs du projet, notamment des DSI et autres services informatiques.

Budget pluriannuel (2018-2022)

Années 2018 2019 2020 2021 2022
Budget estimé en MFCFP 50 50 50 50 50
Justification du Budget Acquisition de données pour les référentiels Acquisition de données pour les référentiels Acquisition de données pour les référentiels Acquisition de données pour les référentiels Acquisition de données pour les référentiels
2018-03-19T22:58:25-10:0019 novembre 2017|

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer